Throwback Thursday Livresque #15

Print

Un nouveau RDV qui voit le jour sur le blog de BettieRose Books. Il s’agit de parler d’une lecture plus ancienne sur un thème en particulier.

Cette semaine, le thème est La plus belle couverture

bellecouverture

Pour ce thème, j’ai eu un peu de mal à choisir un livre. J’ai tellement de livres dont j’adore la couverture, qu’il m’a fallu faire un choix. Comme très souvent j’aurai pu vous parler d’Harry Potter et leur magnifiques couvertures des versions illustrées. Mais, au final, j’ai décidé de vous présenter les couvertures de la série Keleana, de Sarah J. Maas, en version VO.

C’est une série que j’aime énormément. On le sait maintenant, les sorties françaises s’arrêtent au tome 3 et nous ne verront jamais la suite traduite. Alors voilà, je ne lis pas en VO ou alors je passe 30 minutes sur une pages. Mais il me fallait absolument ces livres « au cas où », parce que j’aimerai pouvoir découvrir la suite un jour. Et franchement ?! Ces couvertures ? Je les trouve magnifiques !

Ragdoll, de Daniel Cole

17500584_10212979509546050_598013467_o

qsdd

Un corps. Six victimes. Aucun fil rouge. Votre nom figure sur la liste du tueur. La date de votre mort aussi… Pour une fois, fiez-vous aux apparences : déjà vendu dans 34 pays, Ragdoll est LE thriller de l’année !

« À vous couper le souffle. Si vous avez aimé “Seven”, vous adorerez ! » M.J. Arlidge, auteur du best-seller Am Stram Gram

La police découvre un cadavre composé de six victimes démembrées, assemblées entre elles par des points de suture telle une marionnette, et que la presse va rebaptiser Ragdoll, la poupée de chiffon. L’inspecteur Fawkes, qui vient juste d’être réintégré à la Metropolitan Police de Londres, dirige l’enquête sur cette épouvantable affaire, aidé par son ancienne coéquipière, l’inspecteur Baxter. Le tueur nargue la police en diffusant via les médias une liste de six noms, et en précisant les dates auxquelles il compte les assassiner. Fawkes et Baxter réussiront-ils à sauver ces six personnes, quand le monde entier garde les yeux braqués sur chacun de leurs mouvements ?

fh

Je remercie NetGalley et Robert Laffont pour ce roman.

J’ai entendu parlé de ce livre et lu quelques bons avis. J’ai eu envie de le découvrir à mon tour malheureusement, ce sera un avis un peu plus mitigé que tous ceux que j’ai pu lire.

En effet, le résumé donnait vraiment envie, je m’attendais à quelque chose de vraiment pas mal avec cette idée de un seul corps et 6 victimes. Ou encore cette liste de noms de prochaines victimes… Mais voilà, pour moi, ça reste un roman policier trop classique et prévisible.

On se retrouve dans une trame pour laquelle je n’ai ressenti aucun suspense, j’aurai aimé que l’auteur me surprenne à un moment, mais malheureusement, pas de surprise. Je savais comment ça allait se passer, et ce n’était vraiment pas ce que je voulais. Un élément de l’intrigue aurait pu tout changer mon ressenti, mais non, l’auteur est resté sur le même fil tout au long et du coup, ça ne l’a pas fait pour moi.

De même pour les personnages que j’ai trouvé trop stéréotypés : on a le flic torturé pour une affaire passée, l’alcoolique, le geek, le vieux sage, le chef dure mais sympa, la flic amoureuse de flic « héros », la journaliste carriériste… bref, rien de novateur ici. Encore une fois je trouve cela dommage car même avec un schéma familier, l’auteur aurait pu amener quelque chose de différents aux personnalités de chacun, mais non. Ça reste assez prévisible, et rend du même coup, la fin assez improbable pour moi.

Ce n’est qu’un avis personnel et même si je n’ai pas adhéré à l’intrigue ou aux personnages que j’ai trouvé trop classique, le roman se lit très bien. Le style de l’auteur est fluide et permet une lecture facile du roman. Je ne conseillerai pas ce roman aux lecteurs qui lisent souvent de ce genre, mais pour débuter dans le genre, pourquoi pas.

C’est lundi, que lisez-vous ? #21

island_of_imagination_by_lulebel-d6ua97m

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of BooksGalleane a repris la relève depuis.

Il suffit de répondre à 3 questions :

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

17407677_10212922139031823_1244939058_o

J’ai terminé Waylander, de David Gemmell. Un excellent roman avec un très bel univers de fantasy. Je me suis prise d’affection pour Waylander et j’ai hâte de poursuite avec cette série pour en apprendre encore plus sur lui et l’univers.

-*-*-

17500584_10212979509546050_598013467_o

J’ai aussi lu Ragdoll, de Daniel Cole, en lecture commune avec Marine du blog Nbs-lectures, et Marlène, de la chaîne et blog Riz-deux-ZzZ. Pour ma part… bof ! Trop classique, prévisible jusqu’au bout, pas de suspense, et des personnages stéréotypés. Dommage, le résumé promettait quelque chose de pas mal.

.

Que suis-je en train de lire en ce moment ?

17522280_10212979509706054_2072915910_o

Je suis en plein dans le tome 4 des Vampires de Chicago, de Chloé Neill. Une lecture sympathique et sans prise de tête. J’aime bien cette série.

.

Que vais-je lire ensuite ?

couv20378930

Je pense lire Derrière les portes, de B.A. Paris.

Nuit, de Bernard Minier

17273411_10212854751387174_185819464_o

qsdd

Nuit de tempête en mer du Nord. Secoué par des vents violents, l’hélicoptère dépose Kirsten Nigaard sur la plate-forme pétrolière. L’inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d’une technicienne de la base off-shore.
Un homme manque à l’appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de Martin Servaz.
L’absent s’appelle Julian Hirtmann, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années. Étrangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît. Suivi, épié.
Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d’un enfant.
Au dos, juste un prénom : GUSTAV
Pour Kirsten et Martin, c’est le début d’un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.

fh

Je remercie Livraddict et les éditions XO pour ce livre

Si vous ne connaissez pas Bernard Minier, ni ses romans, je vous préviens qu’ici nous sommes dans un tome 4. Chaque « tomes » peut se lire indépendamment les uns des autres, mais pour s’attacher et comprendre les personnages et les liens entre eux, je vous conseille de les lire dans l’ordre.

Bernard Minier fait parti de ces auteurs que je considère comme chouchous. Un auteur dont j’ai tout lu ou presque de lui. Et dont j’attends chaque sortie avec impatience. Alors je peux vous dire que c’est avec une joie que j’ai lu ce dernier roman sorti avec son personnage récurent Martin Servaz.

Dans ce tome 4, sans parler de l’intrigue pour ne pas spoiler, on retrouve les personnages de Martin Servaz, et Julian Hirtmann dans un décor toujours aussi froid. Mais c’est aussi l’apparition de nouvelles têtes, comme Kirsten Nigaard, une flic norvégienne qui enquête sur la disparition d’un homme et à priori d’un enfant. Son enquête va l’emmener en France, sur les traces d’Hirtmann, et pour ça elle a besoin de Martin.

Martin doit faire face à son passé : il n’a plu entendu parler d’Hirtmann depuis 5 ans et voilà qu’il réapparaît. Dans ce tome le duo Martin/Julian est très important, et bien évidemment c’est lié à leur passé. Tout se passe dans la relation des personnages, qui est mis plus en avant. L’angoisse se joue sur le plan psychologique : on découvre une Hirtmann différent, plus humain presque. Servaz n’est pas en reste, il a changé aussi, mais est-ce en bien ?

L’intrigue en elle-même est sombre et l’atmosphère froide. Comme chaque roman de l’auteur, il nous emmène dans des lieux angoissants, au climat glacial. Pour ma part, pas de temps mort, l’enquête avance et chaque nouveaux éléments amènent de nouvelles questions. Jusqu’au bout le suspense nous tient en haleine.

Une vrai réussite pour moi. Et maintenant il va falloir attendre le prochain…

Throwback Thursday Livresque #14

Print

Un nouveau RDV qui voit le jour sur le blog de BettieRose Books. Il s’agit de parler d’une lecture plus ancienne sur un thème en particulier.

Cette semaine, le thème est un pavé de plus de 500 pages

pave500

Les pavés de me font pas peur, et j’ai même beaucoup de livres de plus de 500 pages dans ma bibliothèque. Me plonger dans un univers et m’immerger complètement pendant un bout de temps m’intéresse beaucoup plus qu’un petit livre qui aura moins de chance de rester longtemps en mémoire. Pour ce thème j’ai choisi un coup de cœur : La horde du contrevent, d’Alain Damasio. Ce roman m’a complètement soufflé ! Et je profite de cet article pour vous remettre mon avis qui date de l’été 2015, mais qui n’a pas changé.

couv67105072

—> Je ne sais pas par quoi commencer. Il y a tellement de choses à dire. Ce livre est géant. Il faut le lire au moins une fois dans sa vie.

Ce livre raconte l’histoire de la 34ème Horde du Contrevent. La dernière ? La meilleure ? Celle qui va enfin réussir ? Qu’est ce que la Horde ? La Horde c’est 23 personnages, tout plus attachant les uns que les autres, qui ont été élevés, éduqués et formés à Abeerlas, en Extrême-Aval pour accomplir la mission : aller en Extrême-Amont trouver l’origine du vent, la neuvième forme du Vent. C’est une mission à vie ! Ils ne partent pas pour quelques jours, mois où années, non ils partent pour toujours. Ils doivent contrer du bas vers le haut, face au Vent, de 10/15 à 40/50 ans.

Ca, c’est l’histoire. Vont-ils réussir ? Vont-ils échouer ? Telle est la question.

L’auteur nous propose un univers tellement riche, et abouti, qu’on ressort de cette lecture époustouflé. Son monde est dense, et original, il demande beaucoup de concentration pour saisir tout ce qu’il veut nous dire. Je pense être passé à côté de beaucoup de chose, simplement parce que je ne comprenais pas tout. Je n’ai pas tout compris sur ces explications du Vent, du Temps, de la Vie en fait. C’est par moment assez complexe, et je conseille de lire ce roman « au calme ». Je ne pense pas que j’aurai pu le lire si je n’avais pas été en vacances. C’est dire !

J’ai aussi envie de vous parler des personnages. Je ne vais pas parler de chaque personnage, il y a trop. Mais juste que chacun d’eux est important. Chaque personnage apporte quelque chose à La Horde. Par leur formation (un pour le feu, un pour le feu, un pour se défendre…) mais aussi par leur unicité dans le groupe. Chaque perte est douloureuse. Comme une amputation d’un membre. On se débrouille toujours pour allumer un feu, mais la présence d’un tel est plus importante. Surtout quand on a appris à vivre toujours ensemble.

Enfin j’ai envie de vous parler de l’originalité du texte et de l’auteur. Déjà, quelque chose de perturbant : on commence le livre à la page 700 pour finir à la page 0. Au départ, je me suis dit que c’était un petit truc comme ça en plus. Mais en fait on comprend vite ce que l’auteur a voulu faire (à moins que ce soit moi qui me suis fait une idée pour tout interpréter, c’est possible ^^ mais je vais continuer à croire ce que je pense même si c’est faux)

Enfin, au début de ce roman on peut être perturbé par les personnages, qui sont représentés par des symboles. Dans ce roman, ce sont les personnages qui parlent, qui nous raconte leur histoire. Et pour savoir qui parle, il faut se rappeler quel personnage correspond à chaque symbole. Chaque symbole est associé à son personnage en début de livre. J’avais de la chance dans mon livre il y avait un marque page, que je trimballais au début avec moi, puis au fur et à mesure on se souvient de qui est qui.

Je pense m’arrêter là pour cette chronique, je ne veux pas en dire trop, mais en même temps je n’en dis pas assez. Lisez juste ce livre, au moins une fois.  <—-

Pile à lire de Printemps 2017

17431406_10212926863469931_722312302_o

Un bilan de la Pile de l’hiver ? Mouais… pas génial ! 8 livres lus et un abandon, sur 15 livres…

Bref, le printemps est là, on repart sur de bonnes bases avec seulement une pile à lire de 10 livres pour la saison. On se fixe des objectifs plus abordables, et surtout qui ne m’empêchera pas de lire plein d’autres livres à côté !

Je commence avec 2 suites de sagas de ma Pal d’hiver que j’ai décidé de remettre ici car je veux absolument les lire :

  • Le tome 4 Des vampires de Chicago, de Chloé Neill
  • Le tome 3 des Fils-des-Brumes, de Brandon Sanderson

Des challenges reprennent, ou continuent, c’est l’occasion de lire :

  • Féélure, de Silène Edgar
  • Un palais d’épines et de roses, de Sarah J. Maas
  • Carnaval, de Ray Celestion
  • Psycho Killer, d’Anonyme
  • Demain est un autre jour, de Lori Nelson Spielson

Et enfin des livres que je compte lire en Lecture Commune ou juste comme ça… 😉

  • L’intégrale 1 Des cités des anciens, de Robin Hobb
  • Rebecca, de Daphné du Maurier
  • Derrière les portes, de B.A. Paris

Verdict dans 3 mois !

C’est lundi, que lisez-vous ? #20

island_of_imagination_by_lulebel-d6ua97m

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of BooksGalleane a repris la relève depuis.

Il suffit de répondre à 3 questions :

Qu’ai-je lu la semaine dernière ?

17273411_10212854751387174_185819464_o

J’ai lu Nuit, de Bernard Minier. Son dernier roman qui vient de sortir et dont j’avais vraiment hâte de lire. Un régal ! Retrouver les personnages de ses premiers romans a été un pur moment de plaisir : Servaz, Hirtmann… Et même de nouveaux personnages ! Avec une enquête très intéressante autour d’un enfant disparu, qui m’a tenu en haleine jusqu’au bout. Minier a vraiment une plume qui me plait.

-*-*-

17408409_10212922139311830_950926946_o

J’ai ensuite lu Les aventures de Charlotte Holmes, de Brittany Cavallaro. C’était sympa, une petite intrigue dans un campus, avec les descendants des très connus Holmes et Watson… Mais pour ma part, il ne faut pas s’attendre à vraiment retrouver les personnalités de ces personnages classiques ou quoique ce soit. Une fois détaché de cette attente, j’ai plus apprécié ma lecture. Pour moi, ça m’a manqué d’un quelque chose pour être plus qu’une lecture « sympa ».

.

Que suis-je en train de lire en ce moment ?

17407677_10212922139031823_1244939058_o

Je suis en plein dans Waylander, de David Gemmell. Un roman de fantasy qui pour le moment me plait vraiment.

Que vais-je lire ensuite ?

couv13481468

Dans la semaine je vais lire en LC avec Marine et Riz-deux-zZz : Ragdoll, de Daniel Cole.

Dompteur d’anges, de Claire Favan

17274535_10212836619333884_1109825374_n

qsdd

On ne choisit pas sa famille. Encore moins celle de son ravisseur…
Condamné pour un meurtre qu’il n’a pas commis, Max Ender a été jeté en pâture à ses codétenus par ceux-là mêmes censés assurer l’ordre et la discipline au sein de la prison. Lorsqu’il est reconnu innocent et libéré, ce n’est plus le même homme. Il n’a désormais plus qu’une seule idée en tête : se venger de cette société qu’il hait par-dessus tout.
Pour frapper ses bourreaux au coeur, il va enlever leurs enfants et, méthodiquement, au fil des ans, faire de ces petits anges des bêtes féroces avant de les envoyer punir ses tortionnaires à sa place. Tout se déroulera selon ses plans jusqu’à ce qu’une de ses créatures lui échappe et disparaisse dans la nature…

fh

Je remercie Robert Laffont et NetGalley pour ce roman.

Claire Favan est une auteure qui confirme son talent. Son Serre-moi fort avait été un moment de lecture intense. Ici, elle remet le couvert avec une intrigue qui tient en haleine et des personnages fort !

Au début on suit Max, un homme à la vie simple, qui va être condamné pour un meurtre qu’il n’a pas commis. Après avoir subi les pires tortures, il est reconnu innocent et libéré. Sauf que l’heure de la vengeance à sonner. Il est sorti traumatisé de prison, on l’a vu devenir un monstre au fur et à mesure de récit. Une fois sorti de prison, il kidnappe les enfants de ceux qui l’ont envoyé en prison, ou ceux qui n’ont rien fait pour le « sortir » de là… et il les transforme en anges vengeurs. Il va les dresser, pour devenir des monstres, des meurtriers… tout ça pour assouvir sa soif de vengeance.

Et un jour… le meilleur d’entre eux disparaît…

Le récit est fait de pas mal de bonds dans le temps, et c’est assez perturbant. On ne sait absolument pas pourquoi l’auteure décide de sauter 3 ou 15 ans d’un coup. On ne voit pas où elle veut nous emmener. Mais c’est addictif, tellement prenant et intense qu’il est presque impossible de lâcher ce livre avant de comprendre. On voit que la tension psychologique est maîtrisé, l’intrigue est très bien construite et nous mène sur des chemins où l’âme d’un enfant innocent peut devenir une arme redoutable pour le diable. Elle nous montre que les personnages, même les plus « gentils » ne sont pas ce qu’on croit. La cruauté se cache partout.

Pour ma part, pas de phrase choc, ou de gros retournement de situation dans ce récit, mais une intrigue sombre ; des personnages aux personnalités machiavéliques et une plume très efficace ! Un excellent roman !

Throwback Thursday Livresque #13

Print
Un nouveau RDV qui voit le jour sur le blog de BettieRose Books. Il s’agit de parler d’une lecture plus ancienne sur un thème en particulier.

Cette semaine, le thème est un livre jamais chroniqué sur votre blog et pourtant apprécié

livrejamais

Pour le coup, ce thème est très facile, car depuis un petit moment je ne chronique plus toutes mes lectures, et pourtant il y en a d’excellente ! J’ai choisi pour cette semaine de vous parler des Fiancés de l’hiver, de Christelle Dabos.

15152336_10211651025494779_1379038140_o

Pourquoi je n’ai pas fait de chronique de ce roman ? Tout simplement parce qu’on en a entendu tellement parlé que je n’avais pas envie de dire des choses dessus qu’on a déjà dit et redit avant.  J’ai adoré ce premier tome, et j’ai hâte que le tome 2 sorte en poche pour pouvoir me le procurer et continuer de suivre les aventures d’Ophélie et Thorn. L’univers est vraiment très bien maîtrisé, et pourtant je peux vous dire qu’à la place d’Ophélie, j’aurai vite perdu la tête ! Une saga que je conseille, comme beaucoup de monde qui l’a lu 😉

Bird Box, de Josh Malerman

17198628_10212801448454634_676809757_n

qsdd

Malorie élève ses enfants de la seule façon possible : barricadés chez eux. Dehors, il y a un danger terrible, sans nom. S’ils s’aventurent à l’extérieur, ce sera les yeux bandés pour rester en vie. S’ils ôtent leurs bandeaux, ils se donneront la mort avec une violence inouïe. Malorie a deux solutions : rester cachée avec ses enfants, isolée, ou bien entamer un terrifiant périple jusqu’au fleuve dans une tentative désespérée, presque vaine, pour rejoindre une hypothétique colonie de survivants. La maison est calme. Les portes sont verrouillées, les rideaux sont tirés, les matelas cloués aux fenêtres. Les enfants dorment dans la chambre de l’autre côté du couloir. Mais bientôt, elle devra les réveiller et leur bander les yeux. Aujourd’hui, ils doivent quitter la maison et jouer le tout pour le tout.

fh

Ce roman traînait dans ma Pal depuis plus d’un an. Le pire c’est qu’il me tente depuis sa sortie en grand format, mais je le repoussais sans cesse. Et je me demande aujourd’hui pourquoi ! J’ai adoré cette lecture.

On est plongé dans un monde post-apocalyptique où pour survivre il faut garder les yeux fermés. Quelque chose a envahi la Terre et d’un simple regard transforme les hommes en tueur et suicidaire. Il faut s’enfermer chez soi, bloquer toutes les fenêtres, portes et autres ouvertures pour ne jamais croiser le regard de ces créatures (si ce sont des créatures ?)

Dans ce roman on suit Malorie « maintenant », et « au début », deux périodes qui nous montre l’évolution de sa personnalité suite à cette fin du monde. Quand elle prend conscience que tout ce qui se passe à travers le monde n’est pas juste de la paranoïa, et que maintenant elle doit survivre pour mettre au monde son enfant. Pour ça elle se regroupe avec quelques survivants dans une maison. J’ai beaucoup aimé ses passages dans la maison. Voir comment chacun s’adapte à la situation, comment les liens se forment, comment ils survivent…

Pour les périodes de « présent », on suit Malorie 4 ans après les événements. Elle est toute seule avec les enfants, et décide de partir à la recherche d’un groupe survivant à une trentaine de kilomètres de chez elle. Ce qui m’a le plus dérangé dans cette partie, c’est la façon dont elle a élevé ses enfants. J’ai trouvé ça assez particulier. Alors certes, il y a des raisons, mais certaines choses m’ont perturbé. Notamment la façon dont elle a développé leur ouïe !

C’est un roman qui m’a beaucoup plu et que j’ai dévoré en une journée. Les pages se tournent toute seule et on veut réellement savoir si tout le monde s’en sort ! On vit comme les personnages : en aveugle. On ne sait pas ce qui les rend fou, personne de vivant n’a jamais vu les créatures ou quoi que ce soit. On ne sait pas à quoi elles ressemblent. On vit dans la peur, la crainte que tout peut s’arrêter d’un coup d’œil au mauvais moment, au mauvais endroit. L’atmosphère est assez oppressante : vivre dans le noir, ne pas sortir, ou se bander les yeux, ne pas faire confiance… Tout n’est que peur et angoisse.

En bref : un roman qui se dévore, à découvrir pour tout ceux qui veulent frissonner.

Lu dans le cadre du challenge : 

destockage-pal-duo-an-2-600x268