Dans la forêt, de Jean Hegland

15820768_10212093203748959_1876844198_o

qsdd

Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé, plus d’électricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses. Considéré comme un véritable choc littéraire aux États-Unis, ce roman sensuel et puissant met en scène deux jeunes femmes qui entraînent le lecteur vers une vie nouvelle.

fh

Je remercie Léa Touch Book et Gallmeister pour m’avoir permis de lire ce roman.

Ce roman est d’un genre « post-apocalyptique » complètement différent de ce que j’ai déjà pu lire. Un roman « contemporain du futur ».

On se retrouve à lire le journal de Nell, une jeune fille qui se retrouve seule avec sa sœur Eva dans leur maison dans la forêt, dans un monde qui a brutalement changé. Elles vivent dans un monde démuni de toute technologie et de confort moderne (plus d’électricité, plus d’essence, plus de commerce…) qui est pour nous normal. En plus les gens tombent subitement malades, sans comprendre ni moyen de se soigner. Ils quittent tous les campagnes pour rejoindre les villes en espérant retrouver « le monde normal ».

Ce sont deux jeunes filles avec des rêves plein la tête. De danse pour Eva, en espérant pouvoir un jour intégrer une école de danse ou un ballet. De sciences pour Nell qui est prête à passer des tests d’entrée pour une grande université.

Sauf que la nature a repris ses droits !

Ce roman raconte la prise de conscience de ces deux jeunes filles. Les difficultés qu’elles rencontre quand la nourriture commence à manquer, quand c’est « chacun pour soi »,  les disputes, quand elles comprennent qu’elles n’iront jamais danser ou étudier… parce que tout ça n’existe plus !

Elles doivent apprendre à survivre, et c’est loin d’être facile quand on est persuadé que tout va redevenir comme avant. Cultiver son potager, apprendre à reconnaître les plantes, construire ou réparer soi-même des choses… La forêt, la nature sera toujours plus forte que l’homme, il suffit d’apprendre à l’aimer.

C’est un roman rempli d’espoir et de rêves. La plume de l’auteur à travers le récit de Nell est captivante, et nous décrit avec une telle intensité la beauté de la nature, que l’ont ne peut être que charmé et touché par ce roman.

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « Dans la forêt, de Jean Hegland »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s